mosaique

Rencontre avec Jean-Michel SALOMON, Président de la SAJE (session du 10/03/2020)

Rencontre avec Jean-Michel SALOMON, Président de la Société des Auteurs de Jeux (SAJE) 

 

télécharger la synthèse PDF

BIO

Jean-Michel SALOMON, Président de la Société des Auteurs de Jeux (SAJE)

 

Créateur de jeux télévisuels en France et à l’International, Jean-Michel SALOMON est notamment à l’origine de programmes pour FRENCH TV(Société de production indépendante et spécialisée dans les jeux et divertissements) ou encore pour Effervescence production. Depuis 2006, il a ainsi été l’auteur de plusieurs formats de jeux. Parmi eux, deux sont encore à l’antenne en France : Tous le Monde Veut prendre Sa Place(France 2), et SLAM (France 3). Il est également à l’origine du format Duel, qui a été diffusé sur ABC, Itv, et dans 7 pays dont la France (France 2). À l’international, Jean-Michel Salomon a aussi créé des jeux comme Ma famille contre la nationdiffusé en Espagne et en Russie, ou encore Who’s got the money pour l’Égypte. Depuis Juin 2016, Jean-Michel SALOMON est Président de la Société des Auteurs de Jeux (SAJE).

 

 

  

LA SAJE

La SAJE est née de l’action conjointe de Jaques Antoine et de Claude Danu, pour reconnaitre le « jeu télévisuel » comme une œuvre à part entière. C’est finalement après 7 ans de procédure pour aboutir à un accord, que la SAJE voit officiellement le jour avec la redistribution des droits d’auteurs. Dans la pratique, la SAJE perçoit les droits sur la copie privée– droits secondaires récoltés par Copie France, et qui sont reversés à la SDRM (dont la SACEM est un des associés). Ces droits sont uniquement valables si les jeux sont diffusés sur les chaines suivantes : TF1, France 2, France 3, France

5, Arte et M6. La répartition des sommes perçues se fait comme suit : 75% est reversé aux auteurs des jeux, et 25% est destiné à l’aide à la création. 

 

  • Exemple de l’exercice 2018,

Au cours de l’exercice 2018,la SAJE a perçu 2 664 487 € au titre de la copie privéeconformément à l’article 324-17 du code la propriété intellectuelle.  25 % de ce montant, soit 660 122€ ont été affecté au compte de l’aide à la création. C’est le montant dont la SAJE dispose pour développer de nouveaux jeux (jeux, au sens large, incluant jeux de plateau, talent shows, factuals, etc.) pour la télévision. Ce montant fluctue chaque année.

 

 

  • Répartition des aides etdates clés pour 2020

En 2020 l’aide à la création est de 450 000 € (un montant inférieur à 2018 car moins de copies ont été comptabilisées en 2019). Ce montant est reparti de la manière suivante :

> 160 000€ pour l’aide au pilote, soit 2 pilotes (80 000 pour chaque pilote)

> 130 000€pour l’aide à la présentation audiovisuelle

> 80 000€ pour l’aide à l’écriture

> 80 000€pour l’aide à la convention de développement

 

Cette année, 2 sessions seront organisées pour proposer un projet et obtenir les aides suite à l’examen de celui-ci auprès du conseil d’administration de la SAJE :Une première session le 11 mai 2020, et une deuxième le 2 novembre 2020. Ces dates sont fixées aussi en fonction des dates des MIPTV et MIPCOM.

Toutes les modalités, formulaires et informations sont présentés sur le site de la SAJE : https://la-saje.org

 

À noter : la SAJE peut aider tous les auteurs à conditions qu’ils aient un contrat de droit français. Autrement dit, la SAJE peut aider des producteurs s’ils ont signé un contrat de droit d’auteur français avec les auteurs, peu importe l’origine de l’auteur. La spécificité du droit français est qu’il y a une rémunération proportionnelle pour l’auteur (pourcentage sur le budget qui lui revient).

 

DETAIL DES DIFFERENTES AIDES

 L’aide à la présentation audiovisuelle

Quand le producteur a optionné le jeu d’un auteur, la SAJE donne la possibilité de fabriquer un élément de promotion pour pouvoir pitcher le jeu à la chaine, ou dans la perspective de le vendre sur un marché international.

La SAJE peut aider le producteur à hauteur de 10 000€ (à condition que la production investisse également 10 000 €). Ce projet audiovisuel (d’un minimum de 20 000 € donc) se compose en général d’un trailer. Celui-ci peut se dérouler sous la forme d’un logiciel de jeu pour concrètement offrir la possibilité aux acheteurs de tester le jeu et d’être séduits. En général, cette présentation se présente sous la forme d’une bande démo.

La SAJE donne aussi 3000€ pour l’auteur pour qu’il puisse réaliser un synopsis, un scénario du jeu, une bible ou un storyboard selon le type de jeu concerné. Est considéré comme « jeu » : tout programme audiovisuel qui réunit les 3 éléments suivant : des candidats, des règles, et un vainqueur à la fin.

L’aide à l’écriture

La SAJE permet aux auteurs (sans producteur) de profiter d’un montant allant jusqu’à 8000€ pour écrire un scénario de jeu. Un auteur de jeu est en fait un « scénariste-auteur de jeu ». Ainsi, un producteur qui optionne un jeu auprès d’un auteur, optionne en fait un scénario, soit l’histoire du jeu.

Dans cette histoire on retrouve entre autres :

  • Une règle,
  • Un casting de candidats(qui est le fruit d’une réflexion)
  • Les modalités de la mécanique

Si pour certains jeux (comme les jeux d’aventure type : Koh Lantaou Fort Boyard), le scénario est assez simple à entrevoir, pour d’autres (comme les jeux de question en plateau comme Slam, Motus, ou Des chiffres et des lettres).

Certains jeux de factuals (comme Top Chef) sont eux aussi écrits comme une fiction, et sont de ce point de vu là beaucoup plus assimilables à une « œuvre » du point de vue du droit.

  • Une description du dispositif 

Comme dans les scénarios de fiction, il faut que la première version soit la plus complète possible. Elle doit intégrer des éléments de décors, quitte à ce que chaque élément soit revu par des professionnels plus spécialisés (à l’image des ‘showrunners’ américains).

Le scénario le plus complet possible protège aussi bien l’auteur que le diffuseur. Rien n’est évident, il faut tout expliquer : du nombre de personnes présentes, à la durée de la question, en passant par la manière dont elles apparaissent à l’écran (en habillage ou non, etc.).

L’une des grosses problématiques de l’écriture des jeux, contrairement à la fiction, ce sont les « sacs de nœuds ». En fiction, ces derniers peuvent être dénoués à tout moment (au travers de l’introduction d’un nouveau personnage par exemple…). Or, dans le jeu, il faut déterminer dès l’écriture toutes les portes de sorties à l’avance (les cas d’égalité, les non réponses, etc.).

La fabrication d’un jeu prend énormément de temps, car il faut penser à toutes les possibilités. Cela est d’autant plus vrai pour un jeu de plateau où aucune exception ne peut être tolérée. Au-delà de cet aspect purement fonctionnel, la SAJE a bien conscience qu’on ne peut distinguer le réel potentiel d’un jeu qu’un fois qu’il est à l’antenne.     

 

L’aide à la convention de développement.

Celle-ci est attribuée suite à l’association avec un diffuseur ou bien un distributeur. Si un diffuseur/distributeur est intéressé par une émission, il peut avoir des demandes spécifiques (repérage, casting, catalogue d’épreuves ou de stimuli dans le cas de jeu d’aventures…) qui seront consignées dans ce document. Celle-ci n’est pas simple à obtenir car les chaines n’ont pas une « culture de la convention de développement » pour les programmes de flux.

La SAJE aide les producteurs à hauteur de 20 000 euros pour cette convention de développement (là encore, à condition que la production investisse également le même montant de 20 000 € de son côté).

 

L’aide au pilote

Comme évoqué plus haut, la SAJE disposait jusqu’à cette année d’un budget de 160 000 €, ce qui permettait d’aider à réaliser 2 pilotes par an. Pour cette année, elles sont déjà accordées, et ne sont donc plus disponibles. L’idée de ces aides aux pilotes est d’encourager l’accès des producteurs à proposer un projet aux diffuseurs, ces derniers ayant tendance à accéder à des pilotes qu’à certaines sociétés de production.

 

LA SELECTION DE LA SAJE

La SAJE ne s’autorise pas à juger de la pertinence d’un jeu au travers de critères de sélection. Aujourd’hui la gestion par le conseil d’administration se fait surtout par ordre d’arrivée. Ce conseil se compose de 3 personnes :

–  MonsieurJean-Michel SALOMON,

–  Monsieur Erwan BREUIL,

–  Madame Delphine PLANTIVE

Jean-Michel Salomon précise que la SAJE limite les participations à un projet par producteur par session .Dans le cas où le nombre de scénarios parvenu à la SAJE est plus important que prévu le budget alloué à d’autres aides (comme les 80 000€ normalement alloués à l’aide à la convention de développement) pourraient venir compléter le montant dédié à l’aide à l’écriture.

Pour bénéficier d’une aide de la SAJE suite à un dépôt de scénario, il faut être membre de la SAJE, et s’acquitter de la cotisation de 153€.

 

Le moyen de diffusion 

Dans le cas des « accords de convention de développement », tous les moyens de diffusion sont éligibles : il peut aussi bien s’agir d’une chaine française, étrangère, ou d’une plateforme numérique comme Netflix.

La durée des options 

Jean-Michel Salomon précise que la durée des options avec les auteurs est en générale de 6 mois, ce qui est très court. Si l’auteur accepte une durée de 18 ou 24 mois, c’est préférable. Cela dépend en général de son expérience.

Le statut d’auteur au sein des sociétés de production. 

Les salariés présents dans les services de développement des sociétés de production peuvent aussi être considérées comme auteur suite à un deal avec leur entreprise.

 

Jean-Michel Salomon conclut en partageant son point de vue sur la création. D’après lui, ce qui compte c’est avant tout de trouver quelque chose de complètement novateur : « il faut arriver avec l’OVNI que personne n’a vu nulle part ». Le paradoxe est que dans la plupart des cas, l’immovation représente une forte prise de risque, parfois difficile à mener pour les diffuseurs.

 

Tags: No tags

Comments are closed.