Rencontre avec Jean-Louis Blot (session du 26/02/2019)

Jean-Louis Blot

Président de Warner Bros France

Fiona Bélier introduit la séance en remerciant Jean-Louis Blot pour sa présence et lance un tour de table permettant à tous de se présenter.

Jean-Louis Blot a ouvert la filiale française de Warner en septembre 2016.

En terme d’adaptation, comment franciser les formats et quels sont les écueils à éviter ?

Les formats étaient pendant longtemps créés en Angleterre. Aujourd’hui, la plupart sont créés aux Etats-Unis, l’Angleterre étant de moins en moins créatrice et leur marché étant un peu bloqué, cela est en partie du au fait, que les diffuseurs ont plusieurs formats à succès qui sont encore à l’antenne, la nécessité de renouvellement dans ces conditions est logiquement moins prégnante.

Il y a une tendance sur des formats de flux très spectaculaires, conçus comme de véritables shows. Les formats aujourd’hui produits coutent ainsi très chers et sont donc difficiles à adapter.

ENTERTAINMENT, LES PROCHAINS FORMATS

Jean-Louis Blot nous présente des extraits des 3 gros formats qui arrivent aux Etats-Unis et certainement plus tard sur le marché international :

  • The World’s Best(CBS) : perçu comme un killerde Got Talent puisqu’il présente beaucoup de talents internationaux.

(https://www.youtube.com/watch?v=EZjJ8eq5bi0&frags=pl%2Cwn)

  • Million Dollar Mile: programme commandé par France2 et prochainement à l’antenne aux Etats-Unis. L’adaptation en France d’un tel programme est compliquée en raison du budget de production élevé. L’adaptation commence par trouver un lieu et un incarnant et la volonté de la production est de jouer sur la thématique du sport et du dépassement de soi en lien avec la communication de Paris 2024. Il y a une volonté pour France 2 de toucher un public plus jeune (même si ça n’est pas un programme dans la lignée de la chaîn). L’adaptation modifiera le décor et les jeux de lumières, ainsi que sur le parcours d’épreuves parce que le lieu français n’est pas à la même échelle que le lieu américain.

(https://www.youtube.com/watch?v=FLGxnOXqE78&frags=pl%2Cwn)

  • Mental Samurai: gameshow diffusé sur Fox, mettant en scène un bras articulé qui transporte les candidats d’une question/énigme à l’autre. Pour adapter ce format en France, il faut y voir le vrai potentiel dans les questions posées aux candidats, sans se priver du coté spectaculaire de l’attraction.

(https://www.youtube.com/watch?v=TQCLLBZ8eRI&frags=pl%2Cwn)

LES ADAPTATIONS WARNER

Puis, Jean-Louis Blot nous parle de 2 émissions adaptés en France par Warner, gamechangerpour les deux chaînes qui les diffusent :

  • Affaire Conclue, France 2

Il s’agit d’une adaptation d’un format allemand hebdomadaire puis diffusé en quotidienne. L’adaptation française rattrapera bientôt le nombre d’épisodes produits en Allemagne. En terme d’audience, la saison 1 française a fait 99.8% de plus que la moyenne de la case de diffusion et la saison 2 45%. Warner a également produit un spin off avec La vie des objetspour permettre de suivre le le parcours des objets une fois vendus, et pour insérer de la publicité sur la chaîne. En France, l’adaptation insiste sur deux axes essentiels : un axe famille où tout le monde est le bienvenu, et un axe convivial avec une humeur conviviale et qui implique les gens, contrairement aux autres chaines au même moment avec téléréalité et les factuals, dont le ton est plus brutal et dans la compétition. L’intérêt de ce programme est de pouvoir apprendre des choses utiles (comme des anecdotes sur les objets et sur l’Histoire). En France, 5 épisodes sont tournées par jour contrairement à 2 en Allemagne. Enfin, Jean-Louis Blot insiste sur le choix de l’animateur auquel il faut faire très attention : avec quelqu’un de connu et d’expérimenté, la communication autour du programme est plus facile. Le capital sympathie de l’animateur et la capacité à enregistrer plusieurs émissions sans avoir un emploi du temps verrouillé sont des qualités indispensables. Il également difficile de lancer un nouveau format sans figure connue et identifiée par le public.

(https://www.youtube.com/watch?v=il1exobiRAw)

  • Les Mamans, 6ter

Les Mamans est adapté d’un format suédois Young Mothers dont5 épisodes sont diffusés par semaine (contre 3 en Suède). L’adaptation a permis de rendre cette émission quotidienne. La saison 1 française a connu 40% d’audience de plus que la moyenne de la case.

La version française a directement ciblé des mamans aux profils connus dans la version suédoise afin d’apprendre et de reprendre la fabrication et la dynamique de l’émission originelle. Les diffuseurs sont généralement réticents à l’idée de filmer l’intimité des familles. Avec cette émission, l’équipe est 100% féminine et est donc précurseur en terme de production. Les JRI sont seules, toute la production est à distance. L’enjeu est de préserver l’authenticité dans l’émission, dont l’inspiration est venue de la routine de la vie largement diffusé dans des vidéos sur internet, avec cette volonté de regarder les choses vraies. Les épisodes de Noël ont été diffusés une semaine après les fêtes (tout comme la rentrée des classes, ou les vacances…) : c’est un facteur d’authenticité très important de cette émission. Les Mamans est un programme positif et réconciliant. Jean-Louis Blot précise qu’il est important aujourd’hui d’avoir des programmes qui réconcilient les français et qui montrent la société dans ce qu’elle est et fait de mieux.

(https://www.youtube.com/watch?v=-5amKRPFYcU)

Enfin, Jean-Louis Blot nous parle de 2 autres adaptations :

  • Off Roads : les routes de l’extrême, RMC Découverte

Off Roads est un format de la BBC, dont Warner partage les droits. L’adaptation française a ajouté  une animatrice à l’émission avec Laury Thilleman. Le rythme et l’écriture sont différents de la version anglaise. Les difficultés de cette adaptation résident dans la programmation : quelle célébrité, dans quel pays, dans quel but ? Une émission coûte entre 200 et 250.000 euros, ce qui représente un cout élevé pour RMC Découverte.

(https://www.youtube.com/watch?v=UTov_lvvcgw)

  • Drôlement bêtes : les animaux en question, France 4

Il s’agit d’un jeu de plateau avec des célébrités qui s’affrontent en répondant à des questions sur le thème des animaux. A ce jour, 66 épisodes français ont été tournés.

(https://www.youtube.com/watch?v=7N0tgZ_kras)

 

LE POINT DE VUE SUR LE SECTEUR

Capitaliser sur l’univers d’un format

Jean-Louis Blot aborde le sujet des spin-offs des émissions dont l’intérêt est de donner de la profondeur et une identité encore plus forte à une émission / une marque déjà existante, tout en prolongeant la narration autour du format. Tout miser sur un animateur clé peut s’avérer être une stratégie payante, même si cela dépend du format en question. Une idée simple, des talents et un incarnant peuvent faire un gros programme.

Comment vendre un format ?

Pour vendre un format, il faut se mettre à la place du diffuseur pour lui montrer en quoi ce format est fait pour sa chaîne (et ne pas simplement vanter les qualités d’un nouveau format), c’est à identifier un potentiel problème et trouver le contenu (à la fois le format mais aussi tout ce qui gravite autour) qui sera un élément de solution.

Sur la fiction et les documentaire, les pistes de réfléxion de Warner France

Le catalogue Warner détient plusieurs titres de fiction. Dans ce contexte, Warner France travaille également à l’adaptation de fictions internationals pour le marché français. En ce qui concerne le documentaire, Jean-Louis Blot précise qu’il en produit même sans le soutien du CNC. Le soutien du CNC n’est pas indispensable lorsqu’il s’agit de productions à fort potentiel international (comme un documentaire sur une star mondiale par exemple). Globalement, il estime que le système de financement est amené à évolué et qu’il ne correspond plus à la logique de circulation globale des contenus.

Une première saison comme test

Jean-Louis Blot conclut en précisant que le plus important dans une adaptation, c’est la vision globale que l’on se fait d’un programme : autant la case, que l’incarnant, que les spécificités locales qui agissent comme de “bonnes solutions” pour une chaîne.Il faut se dire qu’une première saison permet toujours de faire une deuxième saison bien meilleure en tenant compte des leçons apprises.

Tags: No tags

Comments are closed.